l'été tahitien 1999    

  •  La presse en a parlé

Par Philippe Binet des "Nouvelles de Tahiti"
Des toere au pays du biniou
Quand Breizh Polynesia est en fête en juillet, c’est pour trois jours. Cette fièvre qui s’empare des membres de cette très dynamique association pourrait s’appeler fièvre de Queven,du nom de la sympathique commune voisine de Lorient qui accueille chaque année une population pareu prête à bringuer sous le soleil.

Le grand rassemblement de cet été a encore tenu ses promesses : plus de six cent personnes, rien que pour la grande soirée dans la belle salle des Arcs. Six cents personnes ce sont presque autant de dîners tahitiens servis par Roland et Léone, les sympathiques restaurateurs de Pont Aven – autrement dit chez Gauguin – qui ferment boutique et émigrent vers Quéven pour préparer le ma’a Tahiti pendant les trois jours de la fête. Ils ne sont pas les seuls à sacrifier leur temps. A commencer par Gérard Deshayes qui avec son équipe d’une vingtaine de personnes, organise, gère et contrôle toutes les opérations.
C’est un long week-end qui mobilise des stands d’exposition et de vente d’artisanat polynésien, de pareu, de vêtements ou encore cette année, un stand bien fourni d’artisanat de Wallis et de Nouvelle Calédonie admirablement géré par Mickael Maka et son équipe. Pour les adeptes du tatouage, Tevaa Huukena a décoré les peaux sans faiblir. Il s’est fixé à Brest et compte sans doute tatouer tous les marins de ce fleuron de la Royale! Même le bar avait réussi à se procurer de la Hinano dans sa livrée pareu du Heiva et ce, grâce à l’intervention d’un autre breton, Stéphane Lostanlen, de la société Mithlond qui importe le breuvage. Chants, danses, peinture, musique et animation permanente, tout était mis en œuvre pour que personne ne s’ennuie pendant ces trois journées qui ont été gavées de soleil.
Le temps fort, selon la tradition, c’est le samedi. Pendant plus de  douze heures ont défilés sur scène danseurs et musiciens. A commencer par les groupes de danses de Breizh Polynésia : « Te Ui Api » de la section de Brest et les « Tamarii Mahinetea » de la section de Lorient. Ce dernier groupe est placé sous la houlette de Mahine qui s’est inspiré de « O Tahiti E » pour faire un show modernisé.
La plupart des danseuses sont des enfants de familles franco polynésiennes : la tradition est donc transmise efficacement. Le plus attendu cette année était Théo Sulpice. Show classique dans lequel notre marquisien de la télé interprète certaines de ses chansons. On a ainsi vu un aparima sur tempo de reggae (à Kingston, on danse sûrement le tamure maintenant…) et un remarquable numéro de danse du couteau et du feu. A grand coup de « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs » Théo n’a pas son pareil pour impliquer les spectateurs, si bien que son show s’est achevé dans un bel enthousiasme avant d’enchaîner sur le bal qui a traversé la nuit.
Pour l’été de Breizh Polynesia, on vient à Quéven de plusieurs coins de France. Du coup, la commune met à disposition son stade où l’on peut planter la tente et recréer ainsi un petit village polynésien. Les adhérents de cette association sont en majorité des couples franco polynésiens qui vivent dans les villes aux alentours de Brest et de Lorient. Gérard Deshayes qui dirige Breizh Polynesia, compte autour de lui trois cent cinquante adhérents tous motivés par la préservation de l’ambiance polynésienne – pas par la nostalgie précise-t-il. Le petit journal «  Te Arero » donne des nouvelles du fenua tout en informant sur les nombreuses festivités ou spectacles que donne en métropole les groupes de danses. Seulement si Breizh Polynesia marche bien, c’est aussi parce que autour du président une équipe solide maintient le feu sacré et que les liens ne sont jamais coupés avec le fenua.
« L’été Tahitien » de Breizh Polynesia est la seule manifestation d’envergure en métropole qui réunit actuellement Polynésiens de souche et Polynésiens de cœur… et ça marche. C’est sûrement pour cela que des vedettes comme Esther, Gabilou, Te Ava piti, le trio Kikiriri et Théo ont fait le déplacement de Quéven.


Les tamarii Mahinetea


Wallis et la Nouvelle Calédonie avec Mickael Maka


Teina et Tevaa

 


Teina et Hiriata

 


Théo Sulpice

 


Te arero

 


Du Groupe "Te UI API"

 


Gérard Deshayes et John Gabilou

 

Ihinati, Webmestre : Gérard Deshayes
Nohora'a 'Itenati, Adresse internet : http://breizhpolynesia.fr
Nohora'a uira, Adresse électronique : Courriel Association

Copyright © Association BREIZH POLYNESIA - Tél. 09 51 12 47 90